Qu’est-ce qu’un dualiste ?

30 Nov 2009 by

« Le malheur des uns
fait le bonheur des autres »

« Etre et non-être s’engendrent »
Le livre de la voie et de la vertu – Lao Tseu

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut
et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas,
pour que s’accomplisse le miracle d’une seule chose »

La table d’émeraude.
Hermès Trismégiste

QU’EST CE QU’UN DUALISTE ?

« Etant détaché de tout,
plus rien ne peut l’atteindre « 
Tchouang Tseu XVII

Etre dualiste c’est accepter la pluie, comme le beau temps. C’est ne pas être désolé quand il pleut, car c’est le signe qu’à un moment donné, que l’on ne connaît pas à l’avance, il va faire beau. On pourrait aussi dire que l’on pourrait être satisfait quand ça va mal, car c’est le signe que les événements vont s’améliorer et qu’à l’inverse, la tristesse serait de mise quand ça va bien, un excès de bien pouvant entraîner des conséquences néfastes. Tout va du bon vers le mauvais ou l’inverse, dans un temps plus ou moins long. Le meilleur recèle le pire qui, lui, ne peut qu’aller vers le mieux.

Le propre du dualisme est qu’il est totalement opposé à l’idée de progrès sans fin ou de déchéance perpétuelle. Il y a toujours un point critique où il y a inversion, d’autant plus violente que l’on est allé trop loin dans un sens ou un autre. Tout ce qui s’édifie est ainsi et cela finit par s’écrouler. On peut renforcer la base, mais ce ne peut être sans fin. « Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel » a dit Goethe. De même, on ne peut sombrer dans un abîme sans fond car la sagesse nous dit que lorsque l’on coule, il y a toujours un fond sur lequel on peut donner un coup de pied pour remonter. Plus on a chuté, plus on remonte vite. Tout s’efforce de revenir au milieu, vers le centre nul, d’autant plus violemment qu’il s’en est écarté.

Que se passe-t-il ? Pour asseoir toute explication, il faut d’abord définir le caractère exceptionnel du couple dualiste. Chaque chose a son contraire, sauf le néant qui est à lui-même son contraire. Le couple dualiste est essentiellement composé de deux choses opposées qui, d’une part, sont en éternel conflit et, d’autre part, sont complémentaires l’une de l’autre. L’une ne peut être sans l’autre, c’est une symbiose totale. Le mal ne peut exister sans le bien et vice versa. Le bonheur a pour corollaire le malheur. La joie implique la douleur. La naissance a pour conséquence la mort. L’assouvissement du désir s’accompagne ensuite de souffrance. Les larmes succèdent au rire. L’amour rejoint la haine. Guerre et paix s’opposent. Gauche et Droite s’affrontent en politique. Un des éléments du couple est toujours contenu dans son opposé, en transparence.

Le dualisme ramène tout ce qui existe à un ensemble constitué uniquement de couples dont la période d’évolution est très diverse et dépend de la résistance de l’espace et du temps à leur réunion qui serait leur annihilation, leur retour à la nullité. Toutes ces périodes se superposent les unes aux autres et par la mixité des contraires, procurent l’apparente diversité de la nature. Dans la reproduction des couples, il n’y a jamais identité parfaite. Des défauts se glissent qui perdurent et participent ainsi à la nouveauté. La copie n’est jamais semblable. C’est le changement dans la continuité. Nous vivons dans un univers où il y a lutte entre une force d’union qui est la gravitation et une force de désagrégation dénommée l’expansion qui, dans notre époque, l’emporte en général sur son adversaire. Les allées contraires vers l’union donnent le vivant, mais l’expansion est supérieure et conduit le tout vers l’étalement, la dissémination et l’anéantissement. Ceci ouvre des espaces dits « degrés de liberté » sur des multiples dimensions correspondant aux paramètres et laisse la place aux ratés qui ne pourraient se produire dans un monde déterminé et écrit d’avance.

Le néant ne peut s’exprimer, car autrement il ne serait pas le néant. Tout voudrait s’y réfugier pour trouver le calme et le repos, aspiration de tout ce qui bouge. Mais le néant doit conserver son statut et repousse ainsi ce qui désirerait s’y engouffrer. Le néant est pour nous inaccessible et joue le rôle d’un attracteur-répulseur.

A noter que gravitation et expansion forment un couple dualiste au même titre que l’énergie-matière-rayonnement et l’espace-temps. Aucune de ces notions n’est détachable l’une de l’autre. Le temps n’est rien sans l’énergie. Il ne peut y avoir d’expansion sans gravitation.

Pages: 1 2 3

Related Posts

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Shares
Share This

Partagez cette page

Partagez ce contenu avec vos amis