Apologie du dualisme

Soyez bienvenus sur ce site.

Vous aspirez sans doute à donner un sens à cette vie qui vous a été imposée, à essayer de mieux comprendre le monde dans lequel vous vivez et à faire en sorte que votre existence puisse se dérouler le moins mal possible, tout en ayant à faire face à la mort qui, pour nous tous,  nous semble inéluctable.

La doctrine du dualisme moderne telle quelle est exposée ci-dessous peut vous y aider, tout en maintenant vos yeux ouverts sur la précarité des choses.

Voyons en quoi elle consiste :

1/ à expliciter le plus simplement possible, le fonctionnement du monde connu. Pour l’inconnu, on ne peut, par définition, rien en dire. Nous reviendrons sur cette distinction.

2/ à déduire de cet état de choses un comportement moral, une éthique que nous appelons « le culte du peu ».

Le couple dualiste des contraires est au fondement de tout ce que nous avons conscience, en un mot, de tout ce qui existe.

La thèse soutenue est que l’on ne connaît que par opposition. L’antinomie de base est le couple être    non-être qui, comme le dit Lao Tseu, s’engendrent l’un l’autre. Les autres contraires en découlent par superposition. Ils s’accumulent comme des ondes. De là provient la différence, la diversité, la complexité.

En analysant tout événement, on constate que tout est basé sur la contingence : cet événement a lieu ou ne se produit pas. Cela jaillit d’un grand nombre de possibilités à l’état latent, rangées sous une courbe en cloche prêtes à passer au réel par un choix dual entre exister ou non.

Hegel affirmait que c’est la contradiction qui meut le monde. Ce monde limité par la connaissance que nous en avons est essentiellement fondé sur la contrariété.

Le dualisme moderne est le prolongement dans notre siècle, de l’antique doctrine chinoise du Tao et son Yin-Yang qui se retrouve intacte dans tous les points de vue puisés dans toutes les connaissances humaines actuelles qu’elles soient philosophiques, scientifiques ou d’ordre religieux. Rien d’essentiel n’a été découvert depuis qui puisse être convaincant. Il faut se rendre à l ‘évidence, le monde connu n’est qu’une énorme superposition de couples OUI NON.  On peut l’assimiler à un immense ordinateur à traitement parallèle du couple {0,1} qui est comme on le sait, la base de toute l’informatique. Le courant dans un transistor passe sur ordre (1) ou ne passe pas (0). Cet ordinateur mondial aurait une puissance de 10120 octets. Il a été programmé par le hasard des rencontres. Il nous faut accepter le monde tel qu’il est. Il n’existe que par sa stricte opposition au néant qui n’est pas envisageable sans l’être. Le dualisme est une manière de considérer le monde et n’est valide que si l’on admet la notion fondamentale de couples d’opposés. C’est un constat, ni plus ni moins.

La philosophie dualiste est injustement considérée par la philosophie occidentale qui lui préfère largement le monisme sous l’influence des religions monothéistes. Au diptyque du connu on peut ajouter un troisième volet qui est l’inconnu indescriptible où les contraires s’annihilent en fusionnant dans l’infini et en essayant de rejoindre le néant d’où ils proviennent, à la recherche avide de calme et de repos.

Le néant les refoule car s’il les acceptait, il perdrait son statut de non-être. Le néant contient, à la fois, la naissance du monde et sa disparition et ceci étant toute son histoire.

Shares
Share This

Partagez cette page

Partagez ce contenu avec vos amis